Saurat : retour sur un match mémorable

Trois jours après la cruelle élimination de l'OAC face à Montpellier, la déception est toujours aussi grande.

Trois jours après la cruelle élimination de l'OAC face au Montpellier Hérault, la déception est toujours aussi grande dans la tête des supporters alésiens. Hier, le coach de l'équipe cévenole était au micro de France Bleu Gard Lozère pour nous livrer sa réaction sur ce match de gala.

Si près du rêve

Habitué des exploits en coupe de France, le coach d'Alès Stéphane Saurat n'a pas caché la joie qu'il éprouvait malgré le triste résultat de cette rencontre qui aurait pu tourner en la faveur de son équipe : On termine ce match avec un mélange de fierté et de déception. C'est une vraie satisfaction d'avoir tenu la dragée haute à un très bon club de Ligue 1 qui a l'habitude de jouer les premiers rôles en championnat. Le principal objectif qu'on avait c'était de ne pas prendre une fessée. Mais après le match, au vu du scénario, on se dit qu'on est pas passé très loin de les emmener aux tirs aux buts et peut-être de faire un exploit. En effet, les joueurs de l'OAC n'ont pas à rougir tant ils ont livré une prestation plus que correcte face à une belle équipe professionnelle.

Malheureusement, les alésiens ont encaissé l'ouverture du score sur un magnifique enchaînement conclu par Jordan Ferri. Mais les amateurs ont su directement réagir par l'intermédiaire d'Oussama El Bakkal Oussama El Bakkal Attaquant idéalement servi en profondeur par Laley Fofana Laley Fofana Défenseur . L'attaquant, auteur déjà de son cinquième but en seulement quatre matchs, est venu tromper Bertaud après s'être débarrassé de Pedro Mendes avec une facilité déconcertante.

Le manque d’expérience qui fait la différence

La seule chose que l'on peut reprocher à nos Bleus & Blancs concerne leur passivité en tout début de rencontre qui a notamment coûté le premier but pailladin. Je regrette notre entame de match où on a débuté en étant un peu bas. Il y a beaucoup de choses qui se passaient dans la tête des garçons même si on avait essayé de bien préparer notre match. On a plutôt fait une bonne première mi-temps dans l'ensemble, on a marqué et on a eu une autre situation peu de temps après. On a à peu près fait jeu égal en première période contre cette équipe donc c'est une vraie satisfaction. La deuxième mi-temps a été un peu plus compliquée par rapport au rythme puisqu'eux enchaînent les matchs. En plus, l'absence du public était une difficulté supplémentaire mais les garçons ont bien géré cela malgré tout.

De là à nourrir des regrets ? Oui et non, car même si l'entraîneur cévenol semble frustré du résultat, il est bien conscient de la difficulté de la tâche qui attendait ses joueurs ainsi que du caractère historique de cette rencontre. Quand on est un compétiteur, on ne peut pas se satisfaire d'une défaite même si c'était un moment fantastique, fabuleux pour le club et les Cévenols malgré l'absence du public. Ça restera un très bon souvenir mais on avait envie de gagner le match donc on a un petit sentiment d'amertume. Cependant il y a plein de motifs de satisfaction et je suis très très fier de ce qu'ont fait les joueurs et de la manière dont on a préparé le match avec l'appui de nos dirigeants, cela laisse présager beaucoup de bonnes choses.

Une fin de match mouvementée

L'OAC a peut-être manqué de réalisme devant le but au moment de conclure les quelques occasions franches qu'ils ont obtenues. Quand on prend du recul sur la partie, on se dit qu'il était possible d'espérer mieux au vu des 10 dernières minutes qui ont été riches en rebondissements. Ça s'est joué à peu de choses, il y a cette tête de Quiss Maconda Quiss Maconda Attaquant - 29 ans qui termine sur le poteau et qui aurait pu tout changer. Juste avant le deuxième but de Montpellier, on a aussi un face à face avec Ibrahima Mboup Ibrahima Mboup Attaquant - 26 ans qui perd son duel contre le gardien de Montpellier. Ce moment là est un tournant du match car si on marque sur cette action il reste cinq minutes et on aurait pu rêver d'une victoire avant même les tirs aux buts. La fin de match donne des regrets. a déclaré l'entraîneur cévenol.

Ces quelques moments clés qui ont failli faire basculer le match dans l'autre sens auraient sûrement connu une toute autre tournure si les supporters avaient pu assister au match. En effet, le public alésien a très certainement manqué aux joueurs sur ce match. C'est évident qu'avec un stade plein, les chances de qualification des Bleus & Blancs auraient été plus importantes.

L'absence de public qui pèse lourd

Un contexte regrettable pour les joueurs et pour l'entraîneur qui n'a pas hésité à adresser un clin d'œil au groupe de supporters du Kop Cévenol Héritage. On a vu la magie de cette compétition car même sans public les gens sont très très attachés à notre club. On a un groupe de supporters qui n'avait pas pu rentrer dans le stade et qui nous a attendu au rond point juste avant d'arriver à Pibarot, c'était très sympa, j'en profite d'ailleurs pour les saluer. C'est une compétition qui ne laisse personne indifférent, même sans public dans les stades il y a toujours cette magie et cet attrait.

Si quelques centaines de personnes avaient pu assister depuis la butte située en face de la tribune à la qualification face à l'AS Fabrègues 2-0 au tour précédent, il n'en était pas question ce week-end. Le préfet du Gard a effectivement anticipé des heurts entre supporters montpelliérains et nîmois aux alentours du stade et a ainsi préféré boucler totalement le périmètre à l'aide de plusieurs dizaines de CRS.

L'accès au stade et à ses alentours était par conséquent interdit à tous. C'est pour cela que quelques membres du KCH se sont regroupés non-loin de Pibarot afin d'encourager leurs joueurs une dernière fois avant la rencontre. Je crois que notre public nous aurait été très utile. C'est sûr qu'en fin de match, le douzième homme nous aurait aidé à aller jusqu'au bout et pourquoi pas nous qualifier. Puis la coupe de France c'est surtout des émotions partagées avec les gens dans la tribune donc c'est un vrai bémol car on aurait aimé leur offrir ça. a conclu le technicien.

Et maintenant… ?

Maintenant que cette parenthèse enchantée de la coupe de France s'est refermée pour le club cévenol, tout le monde est tourné vers le futur qui s'annonce a priori intéressant. Mais avant cela, il faudra d'abord évacuer la frustration qui émane de ce match. Comme l'indique coach Saurat : la plus grande difficulté sera de récupérer mentalement car on est vraiment très très déçus. Je peux vous certifier que dans le vestiaire il n'y avait pas beaucoup de bruit après le match. Il y a une très grande frustration chez les joueurs et j'en profite pour leur dire à quel point le staff, le club et moi-même nous sommes fiers d'eux car ils ont porté haut les couleurs alésiennes et ils ont montré de belles valeurs. C'est tout à leur honneur, d'autant plus dans ces conditions avec très peu de matchs dans les jambes.

Il faudra désormais attendre les annonces à propos du championnat de National 3 dans lequel l'OAC occupe actuellement la septième place. Pour l'instant on a pas d'informations officielles concernant la reprise de la N3, mais il n'est pas interdit de penser qu'on reprenne dans quelques temps donc on va continuer les entraînements pour essayer de se tenir prêt a confirmé l'ancien coach d'Anduze.
par Allez-Alès.fr mardi 09 mars 2021

Commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour l'instant.

Postez un commentaire

Vous devez posséder un compte sur Allez-Alès.fr et être connecté pour continuer.

Connexion Créer un compte

Rencontre associée

1-2
Feuille de match

Saison 2020/2021